Couturiers

Pour les grands couturiers

La femme est un objet

Qu’ils rendent désirable.

Ce n’est pas sans raison

Que le mot « mannequin »

Sert à « l’être » et « la chose ».

 

Une fronce, un volant,

Un soupçon de dentelle,

Deux pinces à la taille,

Un col en capeline,

Un peu de mousseline

Et la belle est parée.

 

À partir d’un dessin

En trois coups de crayon

La silhouette est tracée.

Par un enchantement,

De la métamorphose,

Il naît un papillon.

 

Le Maître est assisté 

De ses petites mains,

Il leur confie le soin

De sublimer la robe

Par une broderie,

Une fleur, Un ruban.

 

Il ne restera plus

Pour achever le tout

Que l’éclat d’un bijou

Et la touche finale,

D’un parfum capiteux

Porteur de souvenirs.

 

À quelques exceptions

Ces Merlin du ciseau

Créateurs de génie

Qui habillent les femmes

Ne seront pas de ceux

Qui les dévêtiront.

 

Et comme il faut écrire

Une chute au poème, 

Je n’ai pas trouvé mieux 

Qu’une chute de rein.

Pierre SELOS

Fermer le menu