Lapidaire

Dans un coin du cloître,
De la cathédrale
Gisent les débris de la statuaire
Causés par le gel
Ou voulus des hommes.

Il y a des bras, des troncs et des jambes
Et des ailes d’ange qui n’ont pas volé.
On y trouve aussi quelques auréoles,
Des crânes sans nez, des bouts de pinacles.
C’est comme un puzzle de corps massacrés.
On a tout gardé, c’est de l’art sacré.

A la fin des temps, comme il écrit,
Au son des trompettes,
Faudra un miracle pour s’y retrouver
Et réattribuer à chacun sa tête.
Cessons d’y penser ; c’est chose divine

Je vais de ce pas prendre une aspirine

Pierre SELOS

Fermer le menu